Livraison GRATUITE au Canada

LA COOP

Minuit moins cinq, c’est une coop de travail, c’est un lieu de création éthique et d’innovation, c’est une proposition de changement écoresponsable concret et durable. On est trois fondatrices, entourées d’une gang ici à L’Anse-Saint-Jean, et on redéfinit le paysage textile du village. On coupe, on assemble et on transforme les bouts de ch’mise à mononcle et la flanelle de grand-m’man. C’est simple en fait: on veut redonner ses lettres de noblesse aux tissus que l’monde pense laids et déchus, en créant des accessoires textiles du quotidien qui répondent à des besoins réels : sortir dehors su’l’ fjord pour pêcher; dévaler les pistes du Mont-Édouard; naviguer en voilier sur les eaux du Saguenay; se promener dans les festivals, de ville en village, durant tout l’été; organiser sa petite vie d’étudiant.e; name it.

 

Mission

Minuit moins cinq se donne plusieurs missions en tant qu’entreprise régionale de coopération et de création artisanale. Les matières textiles usagées ne sont pas recyclées dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il est impossible dans le village de L’Anse-Saint-Jean, et même ailleurs au Saguenay, pour monsieur et madame tout le monde de récupérer le tissu taché, déchiré ou troué qu’aucune friperie ne recueille, elles-mêmes débordées et manquant d’espace. La pertinence d’une coopérative de récupération textile œuvrant dans une perspective de conscientisation, de récupération tout en y alliant celle de développement économique régional est ici tout indiquée! Qui plus est, le modèle coopératif nous permet l’horizontalité des prises de décisions, et donc la prise en charge des travailleuses de leur propre travail, le développement de notre leadership respectif et collectif, de même qu’un accès égal aux informations concernant la santé financière et l’orientation générale de la coopérative.

 

La coopérative Minuit moins cinq n’entend pas révolutionner la société, mais tente de faire sa part, tant au niveau de la récupération que de la sensibilisation à notre mode de consommation outrancier. En liant récupération et création, tout en créant trois emplois à temps plein à L’Anse-Saint-Jean, nous avons enfin trouvé une façon d’allier notre côté artistique et notre désir de s’investir dans notre collectivité, tout en conservant le patrimoine vestimentaire du village.

 

Processus créatif

Pour créer nos produits, nous nous inspirons de la quotidienneté de l’existence, de la rassurante routine québécoise, des besoins que nous ressentons face aux stimuli de l’environnement qui nous entoure. La surconsommation de produits étrangers, le caractère éphémère des objets de consommation et le désir de « changer quelque chose » nous pousse à nous réinventer dans notre création, à trouver des idées de produits artisanaux qui sauront démontrer notre démarche créative et écoresponsable, tout en faisant un peu notre part au sein de la société. En effet, nous travaillons les matériaux récupérés; c’est pour nous une fierté de transformer des vêtements que certains considèrent comme déchus qui nous nous inspirent, nous contraignent et nous stimulent tout à la fois. L’inspiration provient donc du vêtement lui-même, de sa vie antérieure, de son caractère usagé, de son vécu.